dimanche 24 mai 2015

Une semaine à Annecy en SIV : STAGE d’INCIDENT de VOL(tige par Thomas) chez K2.

Les conditions météos nous ont permis de réaliser deux jours et demi de stage avec Steph, la Luciole, Fred (un copain Breton), Moi (Thomas) et d’autres stagiaires.

Steph a beau voler depuis longtemps et des records de distance à cacher Willy et moi derrière les mamelons des Bonnelis, il a appris à faire du tangage pour la première fois. Il avait pour objectif les décros.
La luciole a pris beaucoup de recul sur sa pratique ces derniers mois. Il est maintenant plus éclairée sur les risques d’improviser en parapente. Il arrive avec un peu d’avance en pilotage par rapport à Steph. Il avait déjà validé le tangage, les fermetures frontales et asymétriques et les autorotations. Il avait pour objectif de travailler les 360.
Moi, j’avais pour objectif de perfectionner mes Wing Over, travailler l’inversion et je voulais avoir l’avis de Christophe sur le travail des hélicos.

Clairement, Steph et Moi nous faisons tout de suite calmer sur nos prétentions : d’abord 360 sortie chandelle amplifiée pour Steph, et pour moi les manœuvres dynamiques (qui me font peur).

Premier jours :

Willy montre sur son premier vol ce qu’il sait faire proprement en tenant son cap des fermetures et des autorotations. C’est validé. Sur les vols suivants il attaque les 360. Son manque de sensibilité le handicape pas mal, ce qui gêne ses appuis sellette et du coup ses actions commandes sont mal contrôlées. Il a tendance à faire des départs en vrilles lors de la mise en virage. En contre partie ces tempo sont très bonnes, d’autant plus que les abatées sont profondes. Il faut dire il a travailler sont pilotages tout cet hivers. Au débrief du soir il trouve des solutions avec Christophe et Maxence.

Stéphane avance très bien sur cette première journée, il valide le tangage, les fermetures des deux cotés et les départs en rotation. Au debriefChristophe et Maxence lui annonce que la prochaine journée il travaillera les 360. Il faut dire, Stéphane a beaucoup de pratique sous ça Blacklight qu’il commence à connaitre très bien.

Moi, je commence mon premier vol avec un décro puis un 360 suivi d’un décrodynamique dans la chandelle. C’est validé. Puis je montre 3 de mes Wing Over suite à quoi Christophe m’arrête et commence à me corriger pour qu’ils prennent plus d’amplitude. Je n’ai travaillé que les Wing Over sur cette journées de trois vols en rajoutant de plus en plus de petits détails à insérer dans un délais de temps de plus en plus court. Qu’es-ce que c’est difficile les Wing Over !
Fred le copain Breton qui avait un niveau similaire au mien et des lacunes complémentaires prend de l’avance sur moi. Ces Wing glissent beaucoup mieux que les miens, ça fait plaisir à voir et ça me motive. A la fin de la journée je suis un peu déçu de moi car il y a quelque chose que je ne comprends pas. Mais au débrief vidéo, en voyant le travail de Fred en comparaison de mes Wing Over, je comprends : un problème de timing sur mon contre au sommet du Wing. Je mentalise toute la soirée et la nuit.

Le lendemain, conditions moisies au déco : Soleil et Vend de Sud en vallée et arrière au déco... Je répète la gestuelle au déco. On m’envoie en fusible, j’y vais à reculons. J’arrive assez bas mais j’ai pu faire deux séries de Wing Over. Ca y est, je passe bien au dessus et maintenant ça glisse comme un toboggan. Génial !
Christophe et Maxence envoie deux autres stagiaires qui arrivent assez bas, puis décident de plier la journée pour les autres. On est seulement trois à faire un vol ce jour là. La luciole et Steph sont déçus de ne pas avoir volé et en plus se retrouvent obligés d’assister à mon débriefing vidéo. Ils terminent la journée en épongeant leur désespoir avec des diabolo grenadine bio et en dépensant de l’argent dans les boutiques de parapente en commerce équitable. Moi je suis obligé de cacher ma satisfaction d’avoir compris le truc. Objectif du lendemain, retarder le déclenchement du Wing Over pour gagner en amplitude et peut-être Inversion.

Troisième jour :
Pour mon premier vol je dois valider mes Wing Over de la veille en autonomie. Ca se passe très bien. Mais maintenant, je dois retarder le déclenchement... et ça me plait moyen… Sur plusieurs séries Christophe me dit « attend, attend, attend » et je déclenche toujours avant qu’il me dise « maintenant ». Il insiste en radio pour lui faire confiance. Sur une dernière série je déclenche en virage avec beaucoup de commande (perte d’énergie par la déformation du profil), je fais un mauvais contre au sommet (perte d’énergie induite par le roulie inverse qui va apparaitre en fin d’accélération), je sens que j’ai mis un filet de frein dans ma prise de vitesse en phase d’accélération (perte d’énergie du gros naze sous la voile). Autant dire que sur pour le coup je n’y crois pas ! Malgré tout j’entend à l’oreillette « Attend, attend, attend… ». Bêtement à ce moment là je me dis que Christophe exagère, vu le peu de vitesse c’est vraiment tard et j’envoie encore une fois avant le « maintenant ».  Sauf, que cette fois-ci Christophe n’avait pas prévu de me dire« maintenant »….Et ça a donné ça :




Clairement, rien de bien glorieux… c’est pas à refaire, cela aurait très bien pu mal se finir. J’ai encore deux gros bleus sur les bras suite au choc des élévateurs lors de la prise en charge de l’aile. La dixième de seconde où j’étais en apesanteur au dessus de mon aile je ne savais pas si j’allais passer par le bord de fuite ou le bord d’attaque ou en plein milieu. Par chance, on a vu sur la vidéo on a vu que j’étais en position groupée, mains en avant pour pousser la voile si j’impactais. La position groupée m’a sans doute permis de ne pas me faire lacérer par une des suspentes. Mon aile (allongement de 5.2 et 4 lignes) s’est réouverte instantanément sans cravate, n vol droit stabilisé. Encore un coup de bol.
Ce qui me rassure c’est qu’en temps normal, je n’aurais jamais envoyé ce dernier Wing Over.

Malgré tout, gonflé à bloc d’adrénaline je pousse un crie de joie…ou de survie, je ne sais pas trop.
Je poursuis tout de même les exercices suivants avec des séries de Wing Over parfaitement verticales et plus jamais en retard. Au sol, étonnement général des copains qui ont pu observé mon vrac du bas.
Malgré cela, les Wing Over sont validés. On passe à la suite qui fait peur : l’inversion.  

Les deux  vols suivant se sera des séries de Wing Over en autonomie, et mes premières inversions : 360 face planète à gauche, contre, accélération, inversion à droite. Pour la première, avec l’appréhension, j’ai une tendance à tirer la commande trop sèchement ce qui fait partir l’aile en amorce detumble. A vrai dire j’ai rien vu… j’ai senti le tour complet puis l’aile qui part loin dans mon dos pour shooter. J’ai temporisé et me suis mis en virage avec le reste d’énergie. Je pensais que c’était la sortie « normale ». Ensuite je me suis décontracté et ça a été beaucoup mieux, mais j’ai toujours cette tendance à tirer sèchement. A postériori, la manœuvre d’inversion est aussi facile à engager que ce qu’elle peut être dangereuse. Il y a sérieusementmoyen qu’un pilote qui s’improvise au 360 s’y mette dedans accidentellement… c’est déconcertant.

Vu de dedans ça donne ça :




Steph, président oblige, progresse très vite de manière générale. Sur un de ces premiers essais en 360 il reste à contre et engage justement une inversion. la frontale qui s'ensuit lui fait comprendre rapidement ce qu'il ne faut pas faire...et valide ensuite la mise en virage face planète et le contre pour sortir. A ce stade de l’apprentissage des 360, la chandelle n’est pas encore pilotée, Christophe et Maxence appellent ça des « 360 sortie coupée ». Les vol suivant il pilote enfin la chandelle et parviens à nous gaver les yeux des superbes ressources de sa blacklight. Il termine, royalement en alternant 360 gauche, contre, sortie chandelle, tempo, 360 doite, contre… et cela sur 600m.

Christophe et Maxence qui connaissait La Luciole ont constaté La Luciole version 2.0. Il est en béta test. Il parvient à se mettre en virage et faire son contre convenablement. Ses temporisations sont parfaite et très efficaces. Sur des abatées profondes il n’a plus de tendance à maintenir et à partir en parachutale, voire en hélico comme il l’a fait à Roquebrune cet Hivers. Son pilotage de la chandelle est encore trop timide (Pas de doute, La Luciole trop timide aux commandes ça valait vraiment une version 2.0). Il a sa latéralisation à travailler. Ses temporisations sont suffisamment correctes même pourdes abatées asymétriques.

Au final, Steph n’a pas fait de décro mais, il nous disait  qu’il ne pensait pas avaler autant des choses en si peu de temps. Précisons qu’il nous disait ça devant une coté de Bœuf Angus de 1Kg raçis de 26 jours, cuite en croute de sel au feu de bois.

La luciole est toujours motivé et à encore progressé. Et moi je suis toujours autant étonné de la quantité de chose que l’on peut apprendre avec ces stages. On fait tous nos chèque avec le sourire, c’est dire.

On a des devoirs :
-          Stéphane doit travailler ces tangages, fermetures, 360 sortie chandelles. Prochain stage : autorotations puis décros
-          La Luciole doit travailler ces tangages, fermeture et il peut travailler les 360 coupé mais pas de sorties chandelles. Prochain stage 360 chandelles pour aller vers les décros.
-          Moi je dois travailler mes décros, Wing Over et mes inversions.

Stéph s’est réinscrit dans la foulée pour fin septembre. Willy et moi y retournons peut-être début septembre.

Enfin, j’ai pu commencer mes exercices Dimanche soir à Saint André. A vrai dire la première inversion au dessus du Chalvet m’a foutu le palpitant à 200. Mais que c’était bon J

A bientôt,

NDLR : c'est mieux avec de l'eau et un bateau en dessous. Evitez de trop vous engager devant la Sainte par exemple...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Informations Club